Est-ce que les étudiants sourds peuvent témoigner ?

Absolument oui, c’est très important. Votre témoignage est le bienvenu. Les jeunes, les enseignants ont besoin de référence comme le parcours des étudiants sourds pour mieux suivre des exemples.

Depuis longtemps, les jeunes nous réclament des témoignages pour les rassurer pour l’entrée universitaire. Ils sont souvent angoissés.

En parallèle, la commission « Futurs Etudiants » fixe un objectif à effacer
« C’est impossible d’entrer à l’université parce que je suis sourd ».

N’hésitez pas à nous appeler ou nous envoyer des témoignages. Nous pourrons publier ces témoignages.

Est-ce que la commission ETSF collabore avec l’Europe ?

Oui. D’abord, la Fédération Nationale des Sourds de France est un membre de la Fédération Mondiale des Sourds (WDF), de l’Union Européenne des Sourds (EUD).

Sans oublier, JSF est également un membre de Fédération Mondiale des Jeunes Sourds (WDFY), de l’Union Européenne des Sourds (EUDY).

Le reste, dans la structure actuelle de la commission ETSF, il existe un chargé de relation de l’Union Européenne qui assume toutes les échanges avec les autres pays.

En ce moment, nous échangeons avec une association d’ étudiants sourds d’Autriche. Il y a une discussion actuelle sur un partenariat avec cette association.

La commission dispose-t-elle d’une relation avec le gouvernement ?

La relation avec le gouvernement est très timide en ce moment. L’apparition du secteur ETSF est récente par rapport aux autres associations.

En ce moment, il y a des problèmes à cause de plusieurs associations. Par conséquent, le gouvernement se montre prudent ou se méfie de toutes les associations y compris la commission ETSF.

C’est une question du temps pour mieux établir la relation. La commission ETSF a besoin de soutiens et de solidarité pour pouvoir aller plus loin. Il n’est pas possible que la commission ETSF puisse frapper et entrer facilement à la porte du ministère.

UNISDA et Droit aux Savoir siègent actuellement au comité de pilotage des étudiants sourds. Au début, la commission ETSF a tenté de collaborer avec ces deux associations .Avec l’association Droit au Savoir, nous avons fait des efforts pour travailler avec eux .Il y avait une réunion avec elle. Nous l’avons invité à venir à la conférence. Malheureusement, elle ne coopère pas sérieusement. C’est regrettable.

Comment se passent la relation entre la commission ETSF et UNISDA ?

On nous pose souvent cette question ! La commission ETSF répond clairement que cette question dépend entièrement du conseil national de FNSF et du conseil d’administration d’UNISDA. La commission ETSF se place sous la Fédération FNSF. Depuis longtemps, il y a nombreux débats sur ce sujet. Chaque association ou chaque fédération a un droit légitime à défendre ses philosophies, ses objectifs. Mais il est important que chacun soit respecté.

Initialement, le secteur ETSF échange des informations, partage des réflexions, des points de vue sur les étudiants sourds avec l’UNISDA. Il participe à certaines réunions avec l’UNISDA. Actuellement, la relation avec UNISDA a totalement disparu depuis que l’UNISDA siège au comité de pilotage des étudiants sourds.

Comment se passent la relation entre les associations et la commission ETSF ?

La commission ETSF souhaite absolument développer les relations avec les associations sur le thème « étudiants sourds » afin de mieux les défendre. Le succès des revendications dépend en principe du poids des associations. La commission ETSF a répété plusieurs fois que les associations locales jouent un rôle plus important que la commission ETSF. La commission ETSF dépend entièrement des associations.

Actuellement, nous nous orientons vers la création du comité de coopération des associations locales des étudiants sourds. La rédaction de la convention est en cours. Les associations concernées et le secteur ETSF sont en train de construire la base de la structure. Une précision importante, cela ne concerne pas uniquement les associations des étudiants sourds, cela implique aussi les secteurs ou un représentant d’un regroupement d’ étudiants. Ils peuvent participer au comité.

Une chose importante non négligée, lors d’une réunion gouvernementale, on organise trois groupes : services, organismes financiers, usages. Pour cela, il ne faut pas confondre avec les pôles des étudiants sourds ou les organismes / services.
Ces pôles ou les services des interprètes se présentent au nom des services non aux étudiants sourds.
Les associations comme FNSF, UNISDA, … se présentent au nom des « usagers » comme les étudiants sourds.
Les organismes financiers comme AGEFIPH… défendent le budget et exposent les dépenses réelles, les dépenses prévisionnelles.
Pour le reste, ce sont des représentants de chaque ministère (Santé, Education Nationale, …) qui participent aux discussions, prendront les décisions au nom du gouvernement.

Pour cela, la commission des étudiants sourds est utile pour défendre les étudiants sourds. La commission ETSF ou les autres associations nationales peuvent influencer le gouvernement sur les décisions.

Est-ce que le secteur ETSF a des partenaires ?

Jusqu’à maintenant, il n’existe pas un partenaire officiel du secteur ETSF. La commission ETSF a déjà eu des partenaires à court terme pour organiser les séminaires ou le festival.

Depuis longtemps, bien avant la création de la commission ETSF, on a réfléchit si ce serait bien d’adhérer aux syndicats classiques des étudiants mais quels syndicats. La commission ETSF ne souhaite pas adhérer à des syndicats qui représentent une politique gauche ou droite.

En revanche, il existe la structure de la FNSF qui contient plusieurs commissions ou secteurs comme les commissions Droit, Education, le secteur JSF. Cela permet de travailler, d’échanger ensemble afin de revendiquer. C’est une question de solidarité.

Les organismes ou les entreprises ou les associations désirent proposer un partenaire. Le secteur ETSF reste ouvert pour toutes les discussions afin de fixer les objectifs de ce partenaire.