1. Objectifs

Cette convention présente de multiples objectifs parmi lesquels on pourrait souligner :
le développement de relations privilégiées entre les associations et les représentants des étudiants au plan national, académique et local concernant les étudiants sourds.
le développement des réseaux des étudiants sourds.
la possibilité de contribuer aux informations disponibles et de mettre en place la circulation de ces informations destinées aux étudiants sourds, aux associations.
la mise en place des outils en performance pour les actions en commun.
la création de projets en commun afin de mieux homogénéiser au niveau départemental, régional.
Le renforcement des regroupements d’ étudiants sourds
Attention, la définition de ces objectifs n’est pas encore adoptée. Il s’agit purement du projet. Les discussions sont en cours entre ETSF, les associations participantes, le Conseil National.

2. Chartes

 L’indépendance : Chacune des parties est strictement indépendante l’une de l’autre. Cette qualité se fonde sur leur autonomie de pensée et d’action, qualité indispensable à l’établissement de relations fructueuses pour chacune et enrichissante pour la communauté;

 La coopération : Plus forte que l’indifférence ou la concurrence, la coopération entre les parties permet de réunir les ressources locales dans le respect de leurs différences. Elle produit une richesse commune supérieure à la simple addition de leurs actions isolées. Une coopération durable implique des rapports basés sur la réciprocité ;

 La transparence : Pour établir des relations de confiance et de compréhension mutuelle, les deux parties s’accordent pour se transmettre, à temps, tout document et toute information de nature à faciliter leur coopération ;

 L’équité : Aussi bien les deux parties que les différentes associations n’assument pas les mêmes responsabilités, n’ont pas les mêmes engagements. Avec l’égalité en point de mire, les parties respectent la spécificité de chacun en établissant des rapports de coopération équitables. Ceux-ci seront établis à travers la concertation, la transparence et la volonté de dégager les meilleurs arbitrages dans une dynamique « tous gagnants » ;

 La solidarité : Dans les bons comme dans les mauvais moments pour surmonter une faiblesse comme pour résoudre des difficultés ou pour dénouer les crises, les signataires s’engagent à être solidaires, à s’épauler les uns et les autres, à s’entraider selon l’adage : « Plus forts ensemble ».
Attention, la convention n’est pas encore signée. Il s’agit purement le projet. Les discussions sont en cours entre ETSF, les associations participées, le Conseil National.

3. Intérêts

Cette convention nationale présente donc un double intérêt :
D’une part, elle permet de limiter l’isolement des associations locales, des groupes des étudiants sourds, par conséquent elle permet de donner des moyens disponibles aux associations et aux groupes en face de la situation complexe.
D’autre part, elles permettent de développer des actions au niveau national de partenariat concret entre différentes associations.
L’intérêt du comité de coopération ne se   réserve pas aux associations nationales comme le secteur des étudiants sourds. Il repose exclusivement sur la base des associations participantes ayant signées la convention. Le comité de coopération est indépendant.
Attention, la convention n’est pas encore signée. Il s’agit purement du projet. Les discussions sont en cours entre ETSF, les associations participantes, le Conseil National.

4. Qui participent ?

L’association Etudiant’S 31
L’association Etud’S IDF
Un représentant d’un groupe des étudiants de Nantes
L’association PACA Etudiants Sourds
Le secteur ETSF

Remarque : Qui pourrait participer au comité de coopération ?

Selon le projet de la convention, on cite l’article 7 : Ouverture de la convention à d’autres partenaires

Il est convenu que l’entrée d’une autre association requiert l'accord de l'ensemble des associations liées.

Un représentant ou un délégué d’un groupe (minimum de 3 étudiants sourds), non reconnu par la loi 1901 sur l’association, peut participer comme membre pour une période temporaire d’un an après l’approbation des associations liées.

5. Qui préside ce comité de coopération ?

Selon le projet de la convention, on cite l’article 6 : Présidence du comité de coopération

Le comité de coopération est présidé à tour de rôle par chaque association signataire pour une période d’une année scolaire de 1er Septembre au 31 Août de l’an prochain.

La présidence du comité de coopération sera désignée après les délibérations de tous les membres du comité de coopération.

La présidence ne dispose pas d’autres droits particuliers. Pour les votes, chaque association ou chaque représentant dispose d’une voix unique.

La Présidence du comité de coopération joue un rôle primordial dans l’organisation des travaux. Elle est chargée d’organiser et de présider l’ensemble des réunions, ainsi que d’élaborer des compromis susceptibles de résoudre les problèmes.

Présidence :
Année 2005-2006 : ETSF
Année 2006-2007 : Etudiant’S 31
Année 2007-2008 : Nantes
Année 2008 -2009 : ?